30. Doyenné

Le doyenné, dont les bâtiments entourent le Rosenhof dans lequel nous nous trouvons, a constitué la touche finale de l'immunité de la ville. Le doyen du monastère y avait son siège jusqu'en 1515. Le doyen le plus célèbre fut Nicolas de Cues (1),



bild1 300px 80




Ölgemälde mit Nikolaus von Kues
Nikolaus von Kues (1401-1464)


qui occupa ces fonctions lucratives de 1435 à 1445, puis de 1459 à 1464. C'est durant ses premières années à ce poste qu'il termina son œuvre la plus célèbre, « De docta ignorantia » (6), à Cues en 1440.

Der Anfang von De docta ignorantia in einer Handschrift aus dem Besitz des Verfassers
Le début de "De docta ignorantia"


En 1515, sa charge de doyen fut transmise à l'archevêque de Trèves. Le bâtiment de gauche devant nous, la partie centrale et la partie la plus ancienne qui date du XVe au XVIIe siècle, servait de chai depuis 1515. C'est là que l'on gérait les recettes. Le bâtiment fut agrandi avec les maisons à pignon de Franz Georg Severus Weckbecker (1775-1862) (2).

Franz Georg Severus Weckbecker
Franz Georg Severus Weckbecker


Il s'était enrichi en spéculant sur l'immobilier. Ainsi, après 1802, il avait acheté la majeure partie du doyenné à l'État français. Sa famille est commémorée par les armoiries gravées dans la pierre, qui furent posées par la ville en 1913 à la demande de ses descendants. De 1897 à 1998, ce bâtiment abritait l'administration municipale. L'un des achats de Weckbecker fut le Marstall, construit en 1535 par le prince-électeur Johann III de Metzenhausen (1531-1540) (7).

Grabmonument des Johann III. von Metzenhausen aus dem Trierer Dom
Monument funéraire de Johann III. von Metzenhausen dans la cathédrale de Trèves


Johann III. von Metzenhausen
Armoiries de "Johann III. von MetzenhausenMetzenhausen"


Il se dressait sur l'espace ouvert où nous nous tenons actuellement. C'était le plus grand bâtiment laïc de la ville. Il servait à stocker les prélèvements des payeurs de dîme. Il a brûlé le 1er février 1914 (4 et 5).

fire of the
Feu du "Marstall"


"painting
Dessin "Feu du Marstall"


À notre gauche, devant les restes du mur, se trouve la stèle de Büchel. Construite en 1993, elle commémore Johann Büchel V (1754-1842) (3), qui était maître drapier et fut maire en 1785-1786 et de 1790 à 1793. Il servit également la France révolutionnaire après 1794 en tant qu'échevin de la ville.

2 portrait buechel
Autoportrait de Johann Büchel


Sa chronique en plusieurs volumes est la source la plus importante de l'histoire de la ville. Contrairement à son contemporain Weckbecker, qui profita de cette époque mouvementée pour s'enrichir, Büchel paya son engagement en faveur du bien commun en finissant sa vie dans la pauvreté. Par la porte devant nous à gauche, nous arrivons à l'ancien marché hebdomadaire et quittons la zone du monastère.