20. Maison Port

Construite du 13e au 15e siècle

Maison gothique avec cour
aux artisans. C´est ici que
Johann Port fonda son
« Établissement d´art religieux » en 1872.

 

Avec ses aménagements d'origine, cette maison fait partie du parc immobilier le plus ancien de la ville. Il s'agit d'une maison gothique construite entre le 13e et le 15e siècle. Ses ailes autour de la cour aux artisans datent du 19e siècle. Depuis le milieu de ce même siècle, la maison appartient à la famille Port. C'est ici que Johann Port I fonda ici son premier « Établissement d'art religieux » en 1872. Pendant plus de 100 ans, l'atelier de la famille Port a réalisé des travaux de menuiserie et de sculpture pour des églises. Destinés au-delà des limites du diocèse de Trèves, des autels, tabernacles, chaires, stalles et reliefs ont été commandés aux maîtres de la maison Port. L'atelier était demandé aussi au niveau national pour ses travaux de restauration.


bild1 300px 80



La maison du Port avec la cour au bout du cul-de-sac s'est appuyée avec le dos presque contre le mur de la ville.

Das Port Haus mit An-und Vorbauten

Maison Port avec la cour des artisans

 

C'est peut-être la plus ancienne maison de la ville. Lorsque Büchel décrit la maison en 1816, elle s'appelle encore la "Hellingsche-Haus", du nom du chanoine et scolastique Johann Georg Helling. Büchel la décrit comme une maison en pierre bien visible, en contraste avec les maisons à colombages en bois et en argile.

L'écrivain Helmut Domke est tombé en extase lorsqu'il a vu l'ensemble de la cour en 1950. "L'une des cours, qui abrite depuis des générations une famille de sculpteurs qui prêtent leur art à la récupération de statues de saints endommagées dans les églises du pays, se trouve avec sa charmante cour intérieure tout à fait ouverte au sud et en même temps si bien protégée dans le giron de la ville qu'on se sent transporté dans la Méditerranée.

Le soleil réchauffe chaque coin, il brûle sur les escaliers... et il fait apparaître un rose vif, un blanc et un rouge profond des nombreux lauriers-roses qui bordent la cour dans des bacs. Elle évoque même le parfum vaporeux de la fleur de laurier-rose."

Le plan et la maçonnerie des fondations de la maison n° 3 présentent les caractéristiques d'un bâtiment roman. L'élévation, quant à elle, correspond au type de construction gothique.

On peut donc supposer que la maison gothique, avec ses débuts de construction, provient toujours d'une phase de construction romane.

La maison n° 4 est un ajout un peu plus récent.

Das Port Haus im Jahre 1902

Maison Port, 1902

 

Depuis le 14e siècle, la petite ruelle s'appelait "Die Sackgasse" et était l'une des quatre rues de secours de la ville. La première trace écrite du bâtiment remonte au 14e siècle (1358). En 1534, la maison appartenait à un Schultheiss Harteraid, dont on peut prouver qu'il était citoyen et Schöffe depuis 1519. De 1775 à sa mort en 1792, le chanoine et scolastique Johann Georg Helling a été le propriétaire de la maison.

Johann Port Ier, qui travaillait dans cette maison avec son beau-père, le charpentier Bohn, depuis 1847, appelait son atelier "Anstalt für kirchliche Kunst" depuis 1872. Lorsque Johann Port meurt le 30.01.1881, la bonne réputation de son atelier est connue au-delà des frontières du foyer le plus proche. Ses quatre fils Johann, Georg, Carl et Philipp ont poursuivi l'œuvre de leur père à Münstermaifeld et Augsbourg. En 1888, le nombre d'employés est passé à 20.

Georg (mit Lineal) und Johann (mit Mütze) Port im Jahre 1895

Les frères Port, Georg (avec règle) et Johann (avec casquette), 1895

Georg (mit Lineal) und Johann (mit Mütze) Port, 1895

 

Le carnet de commandes 1891-1910 répertorie plus de 50 paroisses du diocèse de Trèves qui ont commandé des autels, des tabernacles, des chaires, des bancs d'église et des reliefs. Pour les particuliers, l'atelier produisait les plus beaux meubles d'époque. Le maître-autel d'aspect baroque de l'église St. Laurentius de Leutesdorf/Rh., réalisé en 1908, est un exemple de construction de grands autels.

Hochaltar der St. Laurentius Kirche Kirche in Leutesdorf/Rh.
Maître-autel de l'église St. Laurentius à Leutesdorf/Rh.

 

 

 

Werbung für die Werkstätte

Publicité pour l'atelier des frères Port 

 

Ici, Augsbourg et Münstermaifeld ont travaillé en étroite collaboration. A la troisième génération, l'atelier a été poursuivi avec succès par les cousins Johann III, ébéniste, et Karl Port, sculpteur. Johann a cessé son activité en 1951, son cousin Karl était chargé de sécuriser les œuvres d'art dans toute la province rhénane pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le sculpteur Karl Port a continué à restaurer de nombreuses œuvres d'art après la guerre, avec sa fille Elisabeth. Il est mort en 1969, sept ans après son cousin Johann.

Il y avait une deuxième entreprise dans la ville qui travaille principalement pour clients ecclésiastiques, la "Rheinische Turmuhren Fabrik" de Heinrich Zilliken.

 

Brochure publicitaire
Brochure publicitaire de la fabrique d'horloges de tour Zilliken



Glossaire

text

Büchel

Sur la vie de Johann Büchel V. (1754-1842) voir Maison Büchel. Il sera présenté ici avec son travail de chroniqueur. Il a occupé plusieurs fonctions municipales. Il était donc très bien informé et avait accès à des sources qui ne sont plus disponibles aujourd'hui et qui remontent au XVIe siècle. Dans sa biographie, qu'il a commencée en 1828, il énumère 58 titres de ses manuscrits. Parmi eux figurent les 12 volumes de chroniques indispensables à la recherche de l'histoire de Münstermaifeld et du Maifeld. Ils ont été écrits entre 1811 et 1828.

haut de la page


text

Chanoines

L'organe directeur du monastère était le chapitre, l'assemblée des chanoines. De nombreuses conditions devaient être remplies pour devenir un membre à part entière. Cela n'incluait pas l'ordination à la prêtrise. À partir de 1593, cependant, seuls les diacres sont admis au chapitre. La position officielle du chanoine était appelée prébende. Le nombre de chanoines variait entre 10 et 19. Seuls les membres du chapitre pouvaient devenir titulaires de dignités et de responsabilités particulières, comme le doyen. Les recommandations pour l'admission en tant que chanoine provenaient de l'archevêque, du pape ou aussi du roi.

haut de la page


text

Scholaster

Le scholaster est le chef d'une école collégiale. Il appartient aux dignités, c'est-à-dire aux charges et aux dignités exceptionnelles d'un monastère. Un scholaster est mentionné pour la première fois pour le monastère en 1103. Il a représenté le doyen en son absence. Les maîtres d'école et les élèves étaient sous sa surveillance.

haut de la page


text

Schultheiss

Les Schultheiss ont représenté les intérêts du souverain au niveau local, y compris dans la ville de Münstermaifeld. Il s'assure que les ordres du souverain sont exécutés. Ses fonctions comprenaient la gestion du collège des échevins de la ville.

haut de la page