21. Tour Lauffenburg

Mentionnée pour la 1ère fois en 1343

La tour, appelée également
« tour aux chouettes », servit longtemps
de prison. Elle fut consolidée
et restaurée entre 1981 et 1982.

 

Des fortifications de la ville, cette tour également appelée tour aux chouettes est la seule à avoir été conservée. Les avis divergent sur son âge. Citée sous ce nom une première fois en 1343, il y a tout lieu de penser qu'elle fut construite pour s'inscrire dans les fortifications édifiées aux 13e et 14e siècles. Une autre hypothèse existe pour expliquer son nom. Il pourrait renvoyer à l'archevêque Bruno von Bretten und Lauffen (1102-1124) qui avait consacré l'église romane antérieure en 1103. Au fil de son histoire mouvementée, la tour Lauffenburg a également servi au 17e siècle de tristement célèbre prison et de lieu torture. Ici furent interrogés et torturés 26 hommes et femmes accusés de sorcellerie. La tour a été restaurée en 1981-1982 et aménagée en musée.


bild1 300px 80



Le Lauffenburg, le bâtiment qui, avec la collégiale, définit la silhouette de la ville, recèle bien des secrets.

Die Lauffenburg

Tour Lauffenburg

 

Les noms que la tour a portés au cours de son existence sont révélateurs de son objectif. Eulenturm, Pulverturm, Wachturm, Gefängnisturm, Wehrturm.

Ce qui est contesté, c'est le moment de la construction de la tour. Car le nom de la tour nous conduit à l'archevêque Bruno de Bretten et Lauffen (1102-1124), qui avait consacré l'église romane prédécesseur du monastère en 1103. La deuxième partie du nom "burg" et non "turm" est également frappante. La tour résidentielle de la Bornstraße est également transmise sous le nom de Schönecker-Burg. La tour pourrait donc être la partie conservée d'un complexe fortifié construit sous l'évêque Bruno.

 

Rekonstruktion der Stadtmauer miteinem Wehrturm
Rekonstruktion der Stadtmauer mit der Lauffenburg, Skizze von G.A. Fischer 1897


Le problème est que nous ne pouvons prouver que la construction d'un mur de ville sous l'archevêque Arnold II d'Isenburg en 1249. Pour cette année, nous trouvons également pour la première fois la désignation "oppidum" pour la colonie. Il est difficile d'imaginer la construction d'une tour éloignée du noyau de l'établissement autour de la collégiale et des institutions importantes pour la vie séculaire et spirituelle (carte) sans référence à une fortification de la ville. La seule explication serait la protection de la source de la fontaine de Severus. En outre, les propriétaires des droits de bailliage sur le monastère et la colonie, vers 1100 les comtes palatins du Rhin, avaient également le droit de fortifier la ville. Ce n'est qu'au XIIIe siècle que les archevêques ont réussi à s'emparer de ce droit. Le nom de la tour reste une invitation à poursuivre les recherches.

Comme la tour est mentionnée pour la première fois en 1343, nous pouvons être sûrs que Balthasar "Laufenburg", qui a été prisonnier à Lauffenburg au 15e siècle et que Büchel a supposé en 1816 être le saint patron, est hors de question.

Münstermaifeld au 14e siècle
Münstermaifeld au 14e siècle



Münstermaifeld au 14e siècle
Münstermaifeld au 14e siècle



Indépendamment de la question de savoir quand la tour a été construite, nous connaissons la structure interne du Lauffenburg depuis sa restauration en 1981-1982.

L'ascension par l'escalier en colimaçon vaut la peine. Des explications utiles sont fournies sur les différents étages, et le grenier récemment ajouté offre une vue impressionnante sur la ville. Un chapitre particulièrement triste de l'histoire de cette tour est l'époque de la persécution des sorcières et de la sorcellerie.

Le sort de 26 victimes connues nommément qui ont été détenues et torturées dans le Lauffenburg au 17ème siècle est documenté dans l'exposition de la tour. Selon notre chroniqueur, la tour disposait de six potences en pierre face à la ville et était donc aussi le lieu des exécutions. Le dernier prisonnier condamné à mort, qui attendait son exécution dans la tour en 1761, était Peter Frank. Il a été exécuté par l'épée. Le bourreau, Peter Wüst, avait si mal manié l'épée pendant l'exécution qu'il a dû quitter la ville en disgrâce.

Dans cette périphérie de la ville, adossé à la tour, le dernier bourreau de la ville avait sa petite maison. En tant qu'équarrisseur, il avait gagné l'argent pour construire la maison en vendant des peaux de chevaux.

Querschnitt durch die Lauufenburg

Tour Lauffenburg, la structure intérieure

 

 

Glossaire

équarrisseur

Intitulé de l'activité d'utilisation et d'élimination des carcasses d'animaux. Un autre terme était Wasenmeister. Le Wasen était l'herbe qui recouvrait la carcasse. Les fonctions de bourreau et de équarrisseur étaient souvent associées l'une à l'autre. Ils étaient considérés comme des professions malhonnêtes. Malhonnête ne signifie pas frauduleux, mais pas honorable au sens de l'ordre des successions. Le bourreau, également responsable de la torture, connaissait l'anatomie humaine et, grâce à ces connaissances, faisait également office de guérisseur. La profession était souvent héritée dans les familles. À Münstermaifeld, par exemple, il y avait la famille Wüst, qui a exercé ces activités pendant plus de 100 ans (1650-1750). L'avant-dernier bourreau de cette famille, Johann Peter Wüst, a dû quitter la ville en disgrâce car il avait mal manié l'épée lors de l'exécution de Peter Frank en 1761.

haut de la page


Balduin

Archevêque et électeur de Trèves (1307-1354). Balduin, de la Maison de Luxembourg, frère du roi d'Allemagne et empereur romain Henri VII. (1308-1313), fut l'un des princes impériaux les plus influents de la première moitié du XIVe siècle. Sous son règne, Münstermaifeld devint une base importante de la politique territoriale de l'archevêque de Trèves. Ainsi, l'achèvement de la construction de la collégiale était également une démonstration de la présence de Trèves vis-à-vis de l'Electorat voisin de Cologne. Le renforcement des fortifications de la ville a confirmé l'importance de l'office de Münstermaifeld pour assurer la domination de l'archevêque. L'application de la paix foncière a protégé le développement urbain contre les empiètements de la noblesse.

haut de la page


Bruno de Bretten et Lauffen

Archevêque de Trèves de 1102 à 1124, il consacre la deuxième église romane du monastère en 1103. Lors de la controverse sur l'investiture, il a servi les empereurs Henri IV et Henri V avec des missions diplomatiques dans les négociations avec le pape.

haut de la page


Arnold II d'Isenburg

Archevêque de Trèves de 1242 à 1259, il fait construire le mur de la ville avec la porte supérieure et inférieure. La conséquence évidente de l'augmentation des dépenses pour les fortifications, et pas seulement à Münstermaifeld, est l'arrêt de la construction de la nouvelle collégiale.

haut de la page


Bailliage

Le Vogt, dérivé de advocatus, offrait la protection nécessaire aux domaines qui ne pouvaient pas ou n'étaient pas autorisés à se défendre eux-mêmes. Pendant longtemps, cela a inclus le clergé. Le commandement "ecclesiam non sitit sanguinem" s'appliquait également à eux, c'est-à-dire que les institutions ecclésiastiques n'étaient pas autorisées à pratiquer la mort et les châtiments corporels. La tâche de fournir une protection forcée, si nécessaire, revenait donc à la noblesse, le rang des "guerriers". Ce droit de protection, qui était également utilisé pour construire et étendre un territoire propre, a d'abord été accordé aux comtes palatins du Rhin, puis aux comtes de Virneburg pour Münstermaifeld jusqu'en 1285. Cette année-là, l'archevêque Heinrich II de Finstingen et le comte Heinrich de Virneburg se sont mis d'accord pour que les Virneburg renoncent au bailliage et au droit de fortification de la ville en échange du paiement de 200 marks.

haut de la page


Büchel

Sur la vie de Johann Büchel V. (1754-1842) voir Maison Büchel. Il est à présenter ici avec son travail de chroniqueur. Il a occupé plusieurs fonctions municipales. Il était donc très bien informé et avait accès à des sources qui ne sont plus disponibles aujourd'hui et qui remontent au XVIe siècle. Dans sa biographie, qu'il a commencée en 1828, il énumère 58 titres de ses manuscrits. Parmi eux figurent les 12 volumes de chroniques indispensables à la recherche de l'histoire de Münstermaifeld et du Maifeld. Ils ont été écrits entre 1811 et 1828.

haut de la page