13. Maison d'Ordt

Construite probablement au 14e siècle

Aussi connue sous le nom
« Wirtz`sches Haus » 
elle servit au 19e siècle de maison pour compagnons
itinérants. En langage populaire « Ancienne auberge ».

 

La maison, également appelée Wirtz'sches Haus, est l'une des plus anciennes maisons de la ville. C'est l'une des six maisons privées qui ont survécu aux incendies dévastateurs de la ville en 1689 et 1691. Du milieu du XVIe siècle jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, des familles ont vécu dans la maison, qui ont servi de fonctionnaires de la ville, de l'électeur de Trèves et même de l'empereur à Vienne. Au XIXe siècle, des artisans vivaient dans la maison. Selon les récits, les compagnons en déplacement étaient accueillis à cette époque. Un autre nom de la maison, "Alte Herberge", rappelle cette époque.


bild1 300px 80



La maison est située directement le long de l'ancien mur de la ville.

Das Haus Ordt am Durchgang zum Wehrturm
La maison Ordt sur le passage conduisant à la tour de défense

 

Le cœur du bâtiment de style gothique tardif était à l'origine à pignon. En 1830, le pignon a été redessiné avec un toit mansardé du côté de la rue. Cette maison est l'une des 6 maisons privées qui ont survécu aux pillages du maréchal de Boufflers en 1689 et 1691. l'administrateur financier électoral de la ville Otto Ordt a acheté cette maison en 1543.

Avec lui a commencé une succession de familles distinguées comme résidents de la maison.

Le fils d'Otto, Georg Ordt, était assesseur laïc à la haute cour en 1571 et maire de la ville en 1574. Il est mort en 1619 sous le nom de "Ehrenfeste Georg Ordt". Une croix en basalte située devant la chapelle de la Sainte-Trinité le commémore encore aujourd'hui. Elle faisait partie des quatre "Landsegnungen" (bénédictions de la terre) devant lesquelles les processions s'arrêtaient et la bénédiction était donnée sur la terre et ses habitants. La croix représente une tête de cochon sur un écu d'armoiries, sous un écu d'armoiries avec 5 anneaux en forme de croix avec l'année 1595.

 

Das Kreuz des Georg Ordt

La croix de Georg Ordt

 

Wappenzeichnung vom Kreuz des Georg Ordt

Dessin d'armoiries de la croix de Georg Ordt

 

La tête de porc fait référence à la famille Ordt et à son origine de Wittlich, les 5 anneaux à la famille Philippi, dont l'épouse était issue.

Le chroniqueur Büchel avait réalisé un dessin de Georg Orth en tant que maire en 1821. 

Portrait des Georg Ordt, Nachzeichnung 1821
Portrait des Georg Ordt, 1821

 

Il le montre avec la chaîne autour du cou en signe de sa dignité officielle, dans la partie supérieure à droite le blason de la famille. Un fils de Georg Ordt, du même nom, qui était chanoine et gardien de l'église collégiale, a vendu la maison en 1626. Après cela, on ne trouve plus trace de la famille Ordt à Münstermaifeld.

Hermann Wirtz vivait dans la maison depuis 1644. Dans le rôle du Schultheiss, il était aussi un représentant des familles de Münstermaifeld qui appartenaient au patriciat par leur service à l'archevêque, au monastère et à la ville. En règle générale, leur avancement était lié aux études. Nous retrouvons son fils Hermann en 1656 à Spire, à la cour de la chambre impériale, où il est admis comme notaire. La carrière de son petit-fils Franz l'emmène encore plus loin, où il travaille comme "chambellan impérial" à la cour de Vienne.

Au cours de la période suivante, le domaine est devenu la propriété du notaire et conseiller municipal Robert Dietzler. Il était directeur de l'école collégiale depuis 1717. Avec son mariage en 1721, il abandonne cette fonction. Sa fille Catharina épouse en 1752 le fileur de tabac et aubergiste Jakob Richter et continue à vivre dans la maison avec sa famille.

Avec la fin de l'électorat et du monastère, les moyens de subsistance d'une partie des grandes familles de la ville ont également pris fin. Le déclin social des habitants de la maison s'est déroulé sur trois générations. En 1815, Büchel écrit à propos de Johannes Richter, le petit-fils de Catharina Dietzler : "Il ne fait rien du premier coup, consomme sa fortune et celle de ses épouses par pure indolence et paresse".

Après 1815, la maison passe au maçon Josef Kern, et après lui au charpentier Michael Welling. Dans les mémoires et les histoires, la maison d'Ordt était également appelée "la vieille auberge". Cela faisait référence aux compagnons errants qui trouvaient ici un logement "auf der Walz".

 

 

Glossaire

Cour de la Chambre impériale

De sa fondation en 1495 à 1806, la Cour de la Chambre impériale était la plus haute juridiction du Saint Empire romain germanique. Sa mission était de remplacer les querelles, la violence et la guerre par une procédure réglementée de règlement des litiges. Au début, la Cour avait son siège à Francfort-sur-le-Main. À partir de 1527, il était basé à Spire et, après sa destruction à la suite de la guerre de succession du Palatinat, à Wetzlar de 1689 à 1806.

haut de la page


Kellner

Il était responsable de l'administration des cotisations monétaires et en nature au souverain.

haut de la page


Kustos

Il a gardé le sceau et les clés du monastère. Il était en outre responsable de la logistique. Il a veillé à ce qu'il y ait suffisamment de bougies dans l'église et s'est procuré les hosties et l'encens. Il supervisait les sonneurs de cloches et tenait à disposition les cordes de cloches nécessaires.

haut de la page


Chanoines

L'organe directeur du monastère était le chapitre, l'assemblée des chanoines. De nombreuses conditions devaient être remplies pour devenir un membre à part entière. L'ordination sacerdotale ne faisait pas partie des conditions d'admission au chapitre. La position officielle du chanoine était appelée prébende. Le nombre de chanoines résidents variait de 12 à 16, et seuls les membres du chapitre pouvaient devenir titulaires de dignités et de responsabilités particulières, comme le doyen. Les recommandations pour l'admission en tant que chanoines provenaient de l'archevêque, du pape ou aussi du roi.

haut de la page


Schultheiss

Les Schultheiss représentaient localement les intérêts du souverain. C'était également le cas dans la ville de Münstermaifeld. Il s'assure que les ordres du souverain sont exécutés. Ses fonctions comprenaient la gestion du collège des échevins de la ville.

haut de la page


Walz

Rouler signifie ici se déplacer. Depuis la fin du Moyen Âge, il désigne les années de voyage qu'un compagnon devait prouver pour devenir un maître artisan. Avec la fin des guildes et l'industrialisation, cette exigence a disparu.

haut de la page


Büchel

Sur la vie de Johann Büchel V. (1754-1842) voir Maison Büchel. Il est à présenter ici avec son travail de chroniqueur. Il a occupé plusieurs fonctions municipales. Il était donc très bien informé et avait accès à des sources qui ne sont plus disponibles aujourd'hui et qui remontent au XVIe siècle. Dans sa biographie, qu'il a commencée en 1828, il énumère 58 titres de ses manuscrits. Parmi eux figurent les 12 volumes de chroniques indispensables à la recherche de l'histoire de Münstermaifeld et du Maifeld. Ils ont été écrits entre 1811 et 1828.

haut de la page