14. Rother Hof

Construite aux 13e et 14e siècles

La ferme était la propriété
des archevêques de Trèves
jusqu´en 1654, en héritage
des Seigneurs de Schöneck.

 

Cette ferme a été vendue par l'archevêque Karl Kaspar von der Leyen en 1654. Les archevêques l'auraient repris des seigneurs de Schöneck à une époque inconnue. Il y avait deux familles "von Schöneck" avec leurs châteaux ancestraux dans l'Eifel et dans le Hunsrück. Les deux familles nobles étaient au service des archevêques de Trèves aux 13e/14e siècles. Le nom pourrait faire référence à une ferme construite pour le défrichage.

 


bild1 300px 80



Commençons par ce dont nous sommes sûrs. Le Rother Hof

Rother Hof

Rother Hof 

a été vendu en 1654, avec le Schoenecker Burg et l'Alte Kellerei, par le prince électeur Carl Caspar von der Leyen (1652-1676) au serveur électoral Heinrich von Ufflingen. L'acte de vente contient la seule trace du nom de la ferme à ce jour. La ferme est située près de la tour fortifiée de l'Obertor, directement sur le mur de la ville.

 

Lage des Rother Hofes

Situation de la Rother Hof 

On peut être à peu près certain que les plus anciens éléments conservés, comme l'aile de la grange avec son pignon gothique, datent du 14e siècle. Le nom Rother Hof fait référence au défrichement, il pourrait donc s'agir d'une ferme de défrichement. Un Rother Hof se trouve non loin de là, dans l'ancien Eltzer Bann près de Wierschem. La situation de cette ferme dans la forêt sur les hauteurs de l'Eltz rend le nom compréhensible. Ce n'est pas le cas de la ferme située sur le mur de la ville à Münstermaifeld.

A moins, bien sûr, que la ferme soit plus ancienne que le mur. Cela nous amène à notre chroniqueur Büchel, qui a écrit à propos de cette ferme en 1816 : " L'ancien bâtiment du Rother Hof, dont appartenait aux Hauß Schönecken dans l'Eifel ". Büchel décrit 192 bâtiments dans la ville. Dès qu'il perd la certitude de la preuve écrite, il parle de "vieilles" maisons". Ce n'est qu'à deux reprises qu'il utilise la qualification "ancienne", comme pour le Rother Hof.

Selon le chroniqueur Büchel (1816), cette ferme aurait été construite par les seigneurs de Schöneck. Il y avait deux familles de Schöneck. L'une, mentionnée par Büchel, avait son château (Bellacosta) dans l'Eifel, au-dessus de la vallée de la Nims, près de Prüm. L'autre avait son château ancestral dans le Hunsrück, au-dessus de la vallée de l'Ehrbach, près de Boppard. Ce n'est que pour ces Schoeneckers du Hunsrück que des liens avec Münstermaifeld peuvent être prouvés. Au 14ème siècle, ils étaient étroitement liés au monastère en tant que chanoines et prévôts. Un Conrad von Schöneck, issu de la maison de Schöneck de Hunsrück, était Schultheiss à Münstermaifeld en 1306/07. Les deux familles nobles ne sont apparues qu'au 13ème siècle, les Hunsrückers 1224-1508, les Eifelers 1264-1370. On sait que les deux maisons ont souvent été confondues. Nous ne savons pas quand et sous quel titre juridique, en tant que propriétaire ou en tant que fief, les Schönecker se sont assis sur la ferme. Il reste à clarifier si le nom de la ferme fait référence à une activité de défrichement. Dans le contexte de la recherche d'une explication pour le nom de la ferme, la série d'épithètes des Schöneckers du Hunsrück qui ont survécu est intéressante. Entre 1250 et 1370, trois générations de seigneurs de Schöneck se sont succédé, qui, outre le nom de Konrad, portaient l'épithète der Rote (également Rode ou Rothe). C'est à cette époque que les Schöneckers du Hunsrück sont étroitement liés à la ville et au monastère. C'est aussi une période possible pour la construction de la ferme. La question de savoir si le nom de la ferme, qui correspond aux nombreuses "maisons rouges" - il y avait donc aussi une "maison rouge" à Münstermaifeld en 1569 - ne fait finalement référence qu'à un couleur, ne doit être mentionnée que comme une possibilité. Un autre indice pourrait être des noms de champs avérés dans le district de Münstermaifeld. Par exemple, on trouve le nom "in den Rotherder Wiesen" en référence au "Roterde Bach" et "im Rothen Suller". Cependant, aucun de ces noms de champs n'est relié spatialement à la ferme. Jusqu'au 15ème siècle, il y avait à Münstermaifeld des fermes de seigneurs étrangers qui rivalisaient avec les archevêques pour les droits seigneuriaux dans et autour de Münstermaifeld. Nous connaissons une cour des comtes de Virneburg et une cour de Sponheim. Ces cours, qui apportaient avec elles la domination sur les terres et les personnes, empêchèrent pendant longtemps l'archevêque de dominer complètement la ville.

 


Glossaire

Balduin

Archevêque et électeur de Trèves (1307-1354). Balduin de la Maison de Luxembourg, frère du roi allemand et empereur romain Henri VII. (1308-1313), oncle du roi Jean de Bohême et grand-oncle du roi et empereur allemand Charles IV (1346-1378), est l'un des princes impériaux les plus influents de la première moitié du XIVe siècle. Sous son règne, Münstermaifeld devient un avant-poste important de la politique territoriale de l'archevêque de Trèves. Ainsi, l'achèvement de la construction de la collégiale était également une démonstration de la présence de Trèves vis-à-vis de la ville voisine de Cologne. Le renforcement des fortifications de la ville a confirmé l'importance du bureau de Münstermaifeld pour assurer la domination des archevêques de Trèves. L'application de la paix foncière a protégé le développement urbain contre les empiètements de la noblesse.

haut de la page


Karl Kaspar von der Leyen

Archevêque de Trèves de 1652 à 1676, il doit reconstruire les terres détruites par la guerre de Trente Ans. Parmi ses mérites figure l'ordre de mettre fin aux chasses aux sorcières dans l'archevêché. Pour Münstermaifeld et les 26 victimes connues de la manie des sorcières, cet ordre est arrivé trop tard.

haut de la page


Serveur

Il était responsable de l'administration des droits monétaires et en nature du souverain.

haut de la page


Büchel

Sur la vie de Johann Büchel V. (1754-1842) voir Maison Büchel. Il est à présenter ici avec son travail de chroniqueur. Il a occupé plusieurs fonctions municipales. Il était donc très bien informé et avait accès à des sources qui n'existent plus aujourd'hui et qui remontent au XVIe siècle. Dans sa biographie, qu'il a commencée en 1828, il énumère 58 titres de ses manuscrits. Parmi eux figurent les 12 volumes de chroniques indispensables à la recherche de l'histoire de Münstermaifeld et du Maifeld. Ils ont été écrits entre 1811 et 1828.

haut de la page


Canon

L'organe directeur du monastère était le chapitre, l'assemblée des chanoines. De nombreuses conditions devaient être remplies pour devenir un membre à part entière. L'ordination sacerdotale n'était pas une condition préalable à l'admission au chapitre. La position officielle du chanoine était appelée prébende. Le nombre de chanoines résidents variait de 12 à 16, et seuls les membres du chapitre pouvaient devenir titulaires de dignités et de responsabilités particulières, comme le doyen. Les recommandations pour l'admission en tant que chanoines provenaient de l'archevêque, du pape ou aussi du roi.

haut de la page


Provost

Le prévôt représentait le monastère à l'extérieur. Il était censé défendre les droits, les biens et les revenus du monastère et présider le tribunal. Le prévôt avait ses propre aussis droits, devoirs et revenus vis-à-vis du chapitre. Jusqu'en 1515, il est élu par le chapitre et confirmé par l'archevêque. Les recommandations papales étaient souvent décisives pour remplir la fonction. Après 1515, la fonction de prévôt était une dignité supplémentaire et une source de revenus pour l'archevêque de Trèves. 

haut de la page