19. Hôpital du Saint Esprit

Mentionné pour la 1ère fois en 1309

L’hôpital comprenait également
une chapelle et un asile.
De 1836 à1880, ce complexe
servit d’école.

 

Évoqué pour la première fois en 1309 mais peut-être encore plus ancien, cet hôpital où pauvres et infirmes trouvaient refuge était soutenu par la cité et l'abbaye collégiale. Tous deux se chargeaient d'administrer les dons, les donations et les recettes dégagées par la propriété foncière. L'hôpital était une partie de l'aide aux plus démunis et aux plus faibles qui dépendait elle-même entièrement de l'aumône, des dons et des activités caritatives de chacun ou des confréries. Une fois le nouvel hôpital construit, le bâtiment servit d'école de 1836 à 1880. Depuis, la propriété appartient à des particuliers.


bild1 300px 80



Le corps de bâtiment gothique n'est reconnaissable qu'au pignon du côté de la rue.

 

Das Spitalsgebäude von der Giebelseite

Côté pignon de l'hôpital du Saint Esprit

 

Le bâtiment de l'hôpital, qui comprenait la chapelle et l'hospice attenant, a été très modifié au XIXe siècle. Une carte de 1826 montre l'ensemble du complexe en plan.

Lageplan des Spitals von 1826

Plan de situation de l'hôpital en 1826

 

Sur la photo datant des environs de 1900, nous voyons, entouré d'enfants, l'"Hospitalpütz".

Das Spitalgebäude um 1900

Hôpital du Saint Esprit vers 1900

 

Dessin, reconstruction Hôpital du Saint Esprit
Dessin, reconstruction par Hermann Josef Hoffmann

Le développement d'un hôpital, probablement déjà avant la première mention en 1309, était également lié au développement du monastère. Depuis les synodes d'Aix-la-Chapelle en 817 et 836, les monastères collégiaux étaient tenus d'entretenir un hôpital pour accueillir les malades et les pauvres.

Les "hôpitaux du Saint-Esprit", cependant, étaient généralement des hôpitaux de bourgeois. Ils étaient souvent construits près d'une porte de ville et près d'un puits. Ces deux éléments sont vrais pour notre hôpital. En 1309, la ville a accordé à la chapelle du "Heilig-Geist-Spital" un don de deux marks de monnaie et de six malters de blé. Dès lors, la ville et le monastère sont restés conjointement responsables de l'hôpital. L'hôpital était administré par deux commissaires, dont l'un était le doyen du monastère et l'autre un représentant de la ville. L'hôpital a été entretenu par des dons et des legs. Elle possédait des domaines et des fermes à Küttig, Rüber, Hatzenport, Burgen et Münstermaifeld. Au XVIIIe siècle, le bâtiment et l'administration étaient dans un état "misérable". C'est ce qu'indique le décret du 8 septembre 1725 que l'électeur Franz Ludwig a pris pour l'hôpital. Les chambres devaient être nettoyées, blanchies à la chaux et mises en état d'être utilisées. Il a également été réprimandé parce que les "pauvres âmes pieuses sans défense" n'étaient pas suffisamment aidées. Il fallait veiller à ce que la "racaille dissolue" ne soit pas admise. L'électeur, quant à lui, était satisfait de l'état de la chapelle de la maison. Trente ans plus tard, en 1754, la maison abrite toujours des racailles, des vagabonds et des déserteurs et ne dispose pas d'une deuxième pièce pour accueillir séparément les hommes et les femmes.

Il a été gravement endommagé par les guerres qui ont suivi la Révolution française en 1792/93. L'autel et toutes les images à référence religieuse ont été retirés en 1808. La chapelle a été utilisée comme une scierie. De 1791 à 1799, Martin Draeger de Trèves était l'administrateur de la cour de l'hôpital. C'est ainsi qu'est né ici, le 9 septembre 1794, l'un des célèbres "fils de la ville", Anton Joseph Draeger, qui, depuis 1821 à Rome dans le milieu des "Nazaréens", est devenu l'un des peintres les plus recherchés de son temps. Il est mort à l'âge de 38 ans le 26 juillet 1833 à Rome. Ses tableaux sont aujourd'hui exposés dans les musées de Copenhague, Rome, Dresde, Hanovre et Trèves.

 

 

Aquarell Doppelportrait Anton Joseph Dräger
Anton Joseph Draeger (1794-1833), à droite à côté de Friedrich Preller, un an avant sa mort 

 

Après la construction du nouvel hôpital, le Heilig-Geist Spital a servi d'école et de résidence pour les enseignants de 1836 à 1880. Après cela, la propriété est passée dans le domaine privé.

Outre l'hôpital, la ville comptait un certain nombre de fondations et de confréries qui fournissaient ce que nous attendons aujourd'hui de l'État-providence.

Parmi elles, la plus ancienne était la Michaelsbruderschaft, qui a été fondée en 1216. Elle se consacrait tout particulièrement à la prise en charge des pauvres. Les guildes avaient également leurs propres confréries, par exemple la confrérie des drapiers de Notre-Dame et la confrérie des tisserands de Notre-Dame. La confrérie Agatha était étroitement liée à la guilde des tailleurs. Une confrérie municipale était la confrérie Sebastianus, qui a été fondée en 1610. La confrérie de la peur de la mort, fondée au début du XVIIIe siècle, se consacre à l'accompagnement des mourants.

En plus d'un certain nombre de fondations individuelles, dont le produit était destiné à nourrir les pauvres, il y avait la Grande et la Petite Aumône. Ils ont été donnés aux veuves, aux orphelins, aux pauvres, aux pèlerins, aux malades et à d'autres personnes dans le besoin. Les deux aumônes ont été réunies avec les biens de l'hôpital en 1799. L'"Hôpital du Saint-Esprit" ainsi que les confréries et les fondations nous rappellent les craintes et les besoins de la population à une époque où elle ne pouvait faire face aux menaces que par une solidarité fondée sur la foi.

 


Glossaire

Abbaye collégiale

Le couvent collégial, également couvent canonique, était une communauté de prêtres séculiers. Ils n'appartenaient à aucun ordre religieux. Les chanoines, également appelés chanoines, possédaient des biens privés et ne prononçaient pas de vœux. Ils pouvaient quitter la communauté à tout moment. Souvent, le canonicat était un titre purement honorifique ou même simplement une source de revenus. Les recommandations pour l'admission en tant que chanoine provenaient de l'archevêque, du pape ou même du roi.

haut de la page


Doyen

Il se tenait à la tête du chapitre, l'assemblée des chanoines. Il était généralement élu par le chapitre et confirmé par l'archevêque. Il était principalement responsable de l'observation des règles par les chanoines et supervisait la conduite financière du monastère. Les réprimandes pour indiscipline se répètent jusqu'au XVIIIe siècle. Par exemple, les chanoines et les vicaires ont du mal à respecter le code vestimentaire. L'interdiction de porter un couteau à la ceinture a dû être rappelée, de même que le renoncement au port de gants et de chaussures cloutées. Les services à l'église manquaient souvent de la dévotion nécessaire. Ainsi, les lettres ont été lues lors de la prière de la chorale et se sont parlées entre elles pendant le service. Une admonestation souvent répétée visait les habitudes de consommation d'alcool après les funérailles et pendant la Shrovetide.

haut de la page