27. Salle de prière des Juifs

Maison acquise en 1671

Jusqu'en 1886, le premier étage de la maison
était la salle de prière des juifs.
Vers 1900, ouverture de la boucherie juive Diewald.

 

Un Juif appelé « Koppel » fut en mesure d'acheter la maison en 1671. Depuis cette année-là et jusqu'en 1886, les Juifs de la ville disposèrent d'une salle de prières. Après 1900, David Diewald ouvrit une boucherie dont le fils, Moritz, reprit les rênes jusqu'en juillet 1937. Il fut contraint de fermer le magasin sur ordre du l'administrateur du district Mayen lui reprochant un prétendu manque d'hygiène. Toute la famille Diewald périt dans l'Holocauste : Moritz à Dachau, son épouse Selma à Auschwitz, sa fille Hilde en un lieu inconnu, son gendre Herbert à Auschwitz, son fils Egon est mort à Ober-Ramstadt.


bild1 300px 80



La maison devant laquelle nous nous trouvons était une propriété juive depuis 1671. Il a abrité la salle de prière de la communauté juive de la ville jusqu'en 1886.

Haus Bornstraße 3

Maison de la Bornstrasse 3, salle de prières juive jusqu'en 1886

 

Son apparence actuelle est le résultat de modifications et d'extensions apportées au bâtiment d'origine par David Diewald (1845-1922), qui a acquis la propriété en 1910. Selon une étude des salles de prière juives existantes dans le district de Mayen datant de 1846, il y avait une salle de 50 m2 dans l'ancien bâtiment qui pouvait accueillir 60 hommes ; devant, dans le couloir, il pouvait y avoir 30 femmes.

La salle de prière de la maison de la Bornstraße 3 est la première indication précise de la vie communautaire des Juifs de Münstermaifeld. Nous savons, grâce à des mentions dans des transactions immobilières et de crédit, qu'il y avait déjà une synagogue en 1323. Il existe une référence à un cimetière datant de 1409. Une indication particulièrement terrible, mais également fiable, de l'existence antérieure d'une communauté juive est la preuve de son extermination le 17 juillet 1287 à la suite des pogroms du "Bon Werner". 90 hommes, femmes, enfants, d'une vingtaine de familles ont été assassinés. Parmi eux, il y avait 8 étudiants en talmudisme. Le grand nombre de Juifs assassinés et les étudiants suggèrent une communauté avec un rabbin déjà au 13ème siècle.

Le sort des Juifs de Münstermaifeld a suivi celui de la communauté juive de l'Electorat de Trèves. Au début du XVe siècle, les souverains mettent fin aux pogroms incontrôlés et prennent en charge le contrôle et la gestion des éventuels conflits avec les expulsions.

En 1624, les premières réglementations juives ont été publiées pour l'électorat de Trèves ; elles ont été renouvelées en 1723 et sont restées en vigueur jusqu'à la fin de l'électorat.

Judenordnung von 1723

Règlement pour les Juifs de 1723

 

Ils ont tenté de garantir la coexistence des chrétiens et des juifs en imposant des limites maximales à l'afflux de juifs et des conditions strictes à leurs activités économiques et sociales. Avec l'occupation de la Rhénanie par la France révolutionnaire, le long chemin vers l'égalité juridique et civile des Juifs commence.

La famille Diewald, que nous voyons sur la photo, avait pu suivre cette voie avec succès à Münstermaifeld jusqu'en 1933.

Familie Diewald vor der Metzgerei

Famille Moritz Diewald devant sa boucherie à la fin des années 1920

 

Sur la photo de la fin des années 20, nous voyons à la fenêtre Moritz Diewald, assassiné à Dachau. Dans la porte d'entrée, sa femme Selma, assassinée à Auschwitz. Devant la maison, la fille Hilde, assassinée dans un lieu inconnu et le fils Egon, mort à Ober-Ramstadt.

Depuis 1936, les Dewald subissent des pressions pour cesser leurs activités. Par exemple, un portail devait empêcher l'accès incontrôlé à la boucherie Diewald. En juillet 1937, le magasin a été fermé sur ordre de l'administrateur du district en raison de prétendus défauts d'hygiène.

 

Fversperrter Durchgang 

Accès barré à la boucherie Diewald 

La fin de la famille Diewald est ici représentative de la fin de toutes les familles juives de la ville, les Bender, Diewald, Kahn, Kaufmann, Marx, Oster et Wolf.

 

 



Glossar

 

 

Glossaire

Werner

Werner d'Oberwesel ou Bacharach (1271-1287) était employé comme journalier par des Juifs. Sa mort inexpliquée a été imputée aux Juifs comme un meurtre rituel. En conséquence, des persécutions sanglantes de Juifs ont eu lieu dans le Rhin moyen. La plupart des victimes se trouvaient à Münstermaifeld. Werner a longtemps été vénéré comme un saint populaire. Ce n'est qu'en 1963 que son nom a été retiré du registre des saints.

haut de la page


Étudiant du Talmud

Le Talmud (enseignement) est le livre de loi juif le plus important. Les cinq livres de Moïse contenus dans la Torah y sont interprétés et expliqués par des rabbins. Les interprétations qui en résultent règlent, sous forme de lois, pratiquement toutes les

haut de la page