11. Maison Von Papen

Construite de 1834 à 1842

Ferdinand von Papen en fut
le maître d’ouvrage. Le chancelier
du Reich, Franz von Papen (1932)
était un petit-neveu du bâtisseur.

 

De Werl, le baron Ferdinand von Papen (1811-1863) s'était redomicilié en 1833 à Münstermailfeld. Dans ce prestigieux édifice, le baron qui était aussi un citoyen respecté et un propriétaire foncier put goûter la prospérité que lui apportaient ses biens. Lorsqu'il mourut en 1863, c'est Carl Ferdinand, l'un de ses 11 enfants, qui reprit la maison. Son divorce en 1875 la lui fit perdre et avec elle son avenir à Münstermaifeld. Tous les membres de la famille von Papen quittèrent la ville. Le chancelier du Reich von Papen, entré dans l'histoire sous le sobriquet d'« étrier d'Hitler », était un petit-neveu du bâtisseur de la maison.


bild1 300px 80



La maison située au 42 de la Obertorstraße a été l'un des premiers bâtiments résidentiels à être érigés à l'extérieur du mur d'enceinte démoli de la ville.

Das Haus heutige Obertorstraße 42

Devant de la maison Von Papen, Obertorstrasse 42

 

Avec la démolition du mur de la ville, l'Obertorstraße est devenue une zone de construction privilégiée. Contrairement aux maisons habituellement construites à Münstermaifeld au XIXe siècle, le bâtiment n'est pas en brique, mais en pierre de carrière. Elle a probablement été planifiée par le maître d'œuvre de Coblence, Ferdinand Nebel, et construite entre 1834 et 1842.

Le baron Ferdinand von Papen, le bâtisseur, est né à Werl (Westphalie) le 7 août 1811.

Baron Ferdinand von Papen (1811-1863)
Baron Ferdinand von Papen (1811-1863)

 

La famille von Papen avait accédé à la richesse et à la noblesse à Werl en tant que titulaire d'un privilège d'extraction du sel (Erbsälzer). La devise de leurs armoiries "Si deus pro nobis, quis contra nos" témoigne de l'image qu'ils ont d'eux-mêmes. Ferdinand von Papen est venu à Münstermaifeld en 1833. Le Maifeld lui était certainement déjà connu par son père. Son père, Friedrich Leopold, était marié à Margarete Walpurga von Heddesdorff. Elle était une tante de Hyazinthe von Heddesdorff, la seconde épouse de Franz Georg Severus Weckbecker. Les barons de Heddesdorff étaient propriétaires à Winningen. Friedrich Leopold était, comme son fils Ferdinand, un chasseur passionné. En 1824, son permis de chasse pour le territoire communal de Pllig a été certifié à Münstermaifeld.

 

Certificat de permis de chasse
Certificat de permis de chasse 

 

Ferdinand avait épousé Gertrudis Weckbecker, une nièce de Franz Georg Severus Weckbecker, en 1832. Son frère Franz Joseph était le grand-père du chancelier du Reich Franz von Papen.

Lorsque Ferdinand meurt le 22 septembre 1863, il est un homme respecté. Il a eu 11 enfants nés entre 1833 et 1849. Le cousin de sa femme, Peter Weckbecker, mentionne dans son autobiographie que la famille était "plus bénie par les enfants que par les biens temporels". De 1850 à 1862, Ferdinand est capitaine de la Schützenbruderschaft de St. Sebastianus. Trois fois, il est devenu également Schützenkönig. Il est juste qu'il ait tué le dernier loup dans le district de Mayen en 1853. Son nom est devenu connu au-delà du Maifeld en 1842 à l'occasion du scandale de diffamation concernant le Dr Rath, un médecin exerçant à Münstermaifeld. Le Le médecin est accusé d'avoir tenté d'assassiner le petit-neveu de Napoléon, Alfred Bonaparte. Le baron von Papen a été cité dans la presse avec d'autres notables de la ville comme témoin dans ce prétendu complot de meurtre. Il l'a nié dans une lettre au rédacteur en chef de la "Neue Rheinische Zeitung".  

Le fils Carl Ferdinand, après la mort des frères aînés de la famille von Papen, a hérité de la maison de l'Obertorstraße. Le 10 octobre 1865, Carl Ferdinand épouse Anna Amalia Antonia Thonet, issue de la famille de fabricants de meubles, rendue célèbre par la "chaise de café viennoise". Après le décès de sa femme en 1871, il se remarie en 1873. Mais le second mariage a échoué dès 1875 et le divorce l'a ruiné.

La famille von Papen a quitté Münstermaifeld. Carl Ferdinand est décédé le 12 mai 1896 à Reutlingen. Depuis 1878, une taverne était exploitée dans la maison par Anton Marx et sa femme Elisabeth. En tant que dernière auberge à la sortie de la ville, ils pouvaient compter sur des visiteurs animés des environs. Lorsqu'une extension de la concession a été demandée en 1902, le maire a déconseillé l'administrateur du district. "À Münstermaifeld, il y a 15 auberges, 4 petits magasins d'alcool et 6 magasins de bière en bouteille. Dans la seule Obertorstraße, outre l'auberge d'Anton Marx, il y a sept autres auberges et il n'est pas nécessaire de poursuivre l'exploitation de cette auberge". Malgré ce refus, la concession a été prolongée. 

1993-2005 le Théâtre de marionnettes Hansen a joué dans la grange de la propriété. Depuis 2009, la maison est à nouveau utilisée pour la gastronomie.

 

Das Haus Obertorstraße 42

Maison von Papen

 

Le chancelier du Reich Franz von Papen (1879-1969), petit-neveu de Ferdinand von Papen, est resté dans les livres d'histoire comme le "porte-étrivière" de Hitler. 

 

Franz von Papen nach der Ernennung zum Reichskanzler

Franz von Papen après sa nomination comme Chancelier du Reich 

Son mandat a pris fin dès décembre 1932. Il est ensuite vice-chancelier dans le cabinet d'Hitler de janvier 1933 à juillet 1934. Par la suite, il est ambassadeur à Vienne jusqu'en 1938, puis ambassadeur à Ankara jusqu'en 1944. Après avoir été acquitté lors du procès de Nuremberg en 1946, il a été condamné, lors d'un procès de Spruchkammer, en tant que principal coupable, à 8 ans de camp de travail. En 1949, il est à nouveau en liberté.

 

 

Glossaire

Napoléon Alfred Bonaparte-Wyse

En 1842, le baron von Papen et Münstermaifeld sont au centre de l'attention de la presse en Allemagne et au-delà. Le médecin Dr. Rath avait dans sa maison de Müstermaifeld, durant l'hiver 1838/39, un patient, célèbre par son origine, ou comme on le prétendait, un prisonnier. C'était le petit-neveu de Napoléon, Napoléon Alfred Bonaparte-Wyse. Prisonnier du docteur Roos, qui devait retenir et même assassiner Napoléon Alfred, l'écrivain Victor d'Arlincourt le fait connaître aux lecteurs d'Europe dans son roman "Le Pèlerin". L'écrivain cite des citoyens éminents de Münstermaifeld comme témoins du projet d'assassinat. Au sommet, le baron von Papen, Weckbecker, Canaris, von Heddesdorff et le juge de paix Nachtsheim. Le susnommé avait recherché la proximité du célèbre nom, l'avait invité à dîner, l'avait accompagné dans ses promenades. Après la publication de l'ouvrage de Victor d'Arlincourt, les témoins se retrouvent au cœur d'un procès en diffamation et d'un scandale de presse. L'écrivain avait utilisé leurs impressions favorables du jeune Napoléon Alfred comme preuve pour soutenir son histoire d'un assassinat. En vérité, le petit-neveu de Naopleon était mentalement perturbé et le Dr Rath devait aider à sa guérison. Le médecin a finalement été réhabilité, les soi-disant témoins ont dû se distancer de la calomnie du Dr Rath, notamment par des lettres au rédacteur en chef de la "Neue Rheinische Zeitung".

haut de la page


Ferdinand Nebel

Il était architecte et, à partir de 1823, inspecteur des constructions foncières en Prusse. Comme son fils Hermann, qui était architecte et architecte de la ville de Coblence, il a laissé derrière lui de nombreux bâtiments publics dans la région de Coblence. Le père et le fils Nebel ont introduit sur le marché le processus de fabrication de blocs de construction légers à partir de pierre ponce.

haut de la page