30. Siège de la prévôté

Le siège de la prévôté, dont les bâtiments entourent le Rosenhof dans lequel nous nous trouvons, a constitué la touche finale de l'immunité de la ville. Le doyen du monastère y avait son siège jusqu'en 1515. Le doyen le plus célèbre fut Nicolas de Cues,



bild1 300px 80



Ölgemälde mit Nikolaus von Kues
Nikolaus von Kues (1401-1464)



qui occupa ces fonctions lucratives de 1435 à 1445, puis de 1459 à 1464. C'est durant ses premières années à ce poste qu'il termina son œuvre la plus célèbre, « De docta ignorantia », à Cues en 1440.

Der Anfang von De docta ignorantia in einer Handschrift aus dem Besitz des Verfassers
Le début de "De docta ignorantia"



En 1515, sa charge de doyen fut transmise à l'archevêque de Trèves. Le bâtiment de gauche devant nous, la partie centrale et la partie la plus ancienne qui date du XVe au XVIIe siècle, servait de chai depuis 1515. C'est là que l'on gérait les recettes. Le bâtiment fut agrandi avec les maisons à pignon de Franz Georg Severus Weckbecker (1775-1862).

Franz Georg Severus Weckbecker
Franz Georg Severus Weckbecker



Il s'était enrichi en spéculant sur l'immobilier. Ainsi, après 1802, il avait acheté la majeure partie du doyenné à l'État français. Sa famille est commémorée par les armoiries gravées dans la pierre, qui furent posées par la ville en 1913 à la demande de ses descendants. De 1897 à 1998, ce bâtiment abritait l'administration municipale. L'un des achats de Weckbecker fut le Marstall, construit en 1535 par le prince-électeur Johann III de Metzenhausen (1531-1540).

Grabmonument des Johann III. von Metzenhausen aus dem Trierer Dom
Monument funéraire de Johann III. von Metzenhausen dans la cathédrale de Trèves

 

Johann III. von Metzenhausen
Armoiries de "Johann III. von Metzenhausen"



Il se dressait sur l'espace ouvert où nous nous tenons actuellement. C'était le plus grand bâtiment laïc de la ville. Il servait à stocker les prélèvements des payeurs de dîme. Il a brûlé le 1er février 1914.

fire of the
Feu du "Marstall"

 

"painting
Dessin "Feu du Marstall"



À notre gauche, devant les restes du mur, se trouve la stèle de Büchel. Construite en 1993, elle commémore Johann Büchel V (1754-1842) (3), qui était maître drapier et fut maire en 1785-1786 et de 1790 à 1793. Il servit également la France révolutionnaire après 1794 en tant qu'échevin de la ville.

2 portrait buechel
Autoportrait de Johann Büchel



Sa chronique en plusieurs volumes est la source la plus importante de l'histoire de la ville. Contrairement à son contemporain Weckbecker, qui profita de cette époque mouvementée pour s'enrichir, Büchel paya son engagement en faveur du bien commun en finissant sa vie dans la pauvreté. Par la porte devant nous à gauche, nous arrivons à l'ancien marché hebdomadaire et quittons la zone du monastère.

 

 

Glossaire

Immunité

Au Moyen Âge, l'immunité désigne l'exemption de lieux, de personnes ou de biens de tout devoir, service ou charge, ainsi que la protection contre les ingérences séculaires. L'immunité comprend également le droit d'asile, qui protège toute personne qui entre dans son domaine. Ce droit a été aboli en 1791 par le dernier électeur de Trèves, Clemens Wenzeslaus.

haut de la page


Prévôt

Le prévôt représentait le monastère à l'extérieur. Il devait défendre les droits, les biens et les revenus du monastère et présider le tribunal. Le prévôt avait ses propres droits et devoirs ainsi que ses propres revenus vis-à-vis du chapitre. Il devait être élu par le chapitre et confirmé par l'archevêque. La recommandation papale était souvent décisive pour le pourvoi de la fonction. Après 1515, l'archevêque de Trèves a repris la fonction comme un autre titre et une source de revenus supplémentaire. 

haut de la page


Nicolas de Cusa

Nicolas de Cusa, latinisé Nicolaus Cusanus, né en 1401 à Cusa, mort en 1464 à Todi, en Ombrie, était célèbre pour son éducation complète et approfondie, même de son vivant. Dans la politique ecclésiastique, Nicolaus a joué un rôle important, notamment dans les conflits concernant la réforme de l'Église. Lors du concile de Bâle, il se rangea d'abord du côté de la majorité des participants au concile, qui demandaient une limitation des pouvoirs du pape. Plus tard, cependant, il passe dans le camp papal, qui finit par prendre le dessus. Il fait campagne avec vigueur pour les intérêts pontificaux, fait preuve d'habileté diplomatique et mène une brillante carrière en tant que cardinal, légat pontifical, prince-évêque de Brixen et vicaire général dans les États pontificaux. Dans ce contexte, ses deux mandats de prévôt à Münstermaifeld, aux rares présences, sont un ornement pour le monastère, plutôt un épisode pour lui.

haut de la page


De docta ignorantia

Nous citons ici cette œuvre parce qu'elle accompagne le plus souvent le nom du philosophe, du théologien, du mathématicien. D'un point de vue historique local, l'œuvre devient importante car elle a été écrite pendant le premier mandat de Cusanus en tant que prévôt de l'abbaye de Münstermaifeld en 1440. Une sculpture située dans la zone de l'ancien cloître commémore les relations de Nicolas de Cusa avec Münstermaifeld. Elle illustre l'idée maîtresse de Cusanus, à savoir l'abolition de l'opposition entre la connaissance et la foi.

haut de la page


Franz-Georg-Severus Weckbecker

Il est né le 2 juillet 1775 à Sevenich. Il a gagné son premier argent en fournissant du fourrage aux parties belligérantes des guerres révolutionnaires. Lors de la vente aux enchères des domaines par l'État français après 1802, il fut l'un des enchérisseurs les plus performants. Il n'a pas seulement  acquisi par enchères domaines ecclésiastiques, mais a également enchéri sur des propriétés bourgeoises et aristocratiques. C'est à lui que la ville a acheté la maison du vicariat en 1820, qui est ensuite devenue la "vieille école". Il a également accru sa fortune eIl a également accru sa fortune grâce à l'achat et à la vente judicieusement programmés de produits agricoles. Il meurt le 16 mars 1862, laissant dans la mémoire de la ville l'image d'un jeune homme qui a réussi et, avec la "Villa Weckbecker", un exemple réussi du style architectural classique. L'autobiographie de son fils aîné Peter Weckbecker présente son père Franz Georg comme un homme énergique et intelligent dont l'éducation scolaire a été fini par trois années d'école d'hiver. Il a trouvé son but dans la vie dans l'augmentation de sa richesse. Ce sont ses deux épouses qui ont veillé à ce que les 15 de ses 22 enfants qui ont survécu à leur enfance reçoivent une bonne éducation. Ainsi, dans les familles des nombreux descendants, on trouve des histoires de vie qui s'éloignent de l'exemple du père. Pour tous, cependant, la richesse de leur père a été la base d'une carrière professionnelle, d'une réussite commerciale ou d'un mariage valorisant. Les pierres tombales de sa famille nous rappellent qu'il avait laissé les standards de ses concitoyens non seulement dans la vie mais aussi au-delà de la mort.

haut de la page


Johann III von Metzenhausen

Né en 1492 à Neef sur la Moselle, Johann fait une carrière rapide au sein du chapitre de la cathédrale de Trèves. A Rome en 1514, il négocie la répartition des revenus entre Trèves et Rome provenant de la vente des indulgences. L'indulgence était vendue à l'occasion de l'exposition de la Sainte Robe en 1512. Pendant ses dix années d'archevêché, il a initié de nombreuses mesures de construction, dont la puissante construction du Marstall dans la Propstei, qui a été détruite par un incendie en 1914.

haut de la page


Büchel

Sur la vie de Johann Büchel V. (1754-1842) voir Maison Büchel. Il est à présenter ici avec son travail de chroniqueur. Il a occupé plusieurs fonctions municipales. Il était donc très bien informé et avait accès à des sources qui ne sont plus disponibles aujourd'hui et qui remontent au XVIe siècle. Dans sa biographie, qu'il a commencée en 1828, il énumère 58 titres de ses manuscrits. Parmi eux figurent les 12 volumes de chroniques indispensables à la recherche de l'histoire de Münstermaifeld et du Maifeld. Ils ont été écrits entre 1811 et 1828.

haut de la page