2. Cloître

Nous nous trouvons dans la partie de l'immunité de la collégiale, qui était réservée à la vie communautaire des chanoines et des vicaires. La vue de la ville de Merian nous donne des informations sur notre emplacement dans la ville encore fortifiée.

La haie devant nous est plantée sur les anciens contours du cloître. Un premier cloître appartenait à l'ancienne église romane, consacrée en 1103, dont l'on peut encore voir la tour et, devant à gauche, la sacristie. Le cloître fut reconstruit à la fin du XIVe siècle.



bild1 300px 80



Modell Münsterplatz
Maquette de la Münsterplatz



Foto der Hecken, die den damaligen Kreuzgang markieren
Les haies indiquent l'emplacement du cloître


Sur le mur de la nef, on peut voir des traces des arcades sous les contreforts. On y trouve également des pierres tombales de l'église. Après la sécularisation en 1802, la majeure partie des biens du monastère est devenue propriété de l'État, puis privée. Le cloître fut vendu pour démolition en 1810. L'école latine, dont les premières traces remontent à 1308, était située dans la cour du monastère (carte n° 16).

Lage des Kreuzganges und der Lateinschule in einer alten Karte
Emplacement du cloître (13) et de l'école (16), XVIIIe siècle

 

À notre gauche se trouve le presbytère actuel. Il s'agit d'une ancienne maison de chanoines datant de 1760. Derrière nous se trouvaient des maisons de chanoines du XVIIIe siècle, qui entouraient la collégiale (carte, n° 15). Le bâtiment baroque de 1770 en faisait également partie.

Stiftsherrenhaus von 1770e
Maison de chanoine, 1770/1948

 

Les membres de la communauté des chanoines pouvaient mener une vie beaucoup plus libre que les membres d'une communauté monastique. Au XVIIIe siècle, certains des chanoines érigèrent des pavillons en dehors de l'immunité. La maison représentée fut construite en 1780.

Lusthaus von 1780
"Lusthäuschen" en 1780

 

Au total, il y avait 5 de ces « maisons d'agrément ». À notre droite se trouve l'ancien bâtiment du chapitre de 1348. La salle capitulaire est toujours conservée. Il abritait également le réfectoire et une grande cave à vin pour le stockage des dîmes sur le vin.

 

 

Glossaire

Canons/Chapitre

L'organe directeur du monastère était le chapitre, l'assemblée des chanoines. De nombreuses conditions devaient être remplies pour devenir un membre à part entière. Ceux-ci n'incluaient pas l'ordination à la prêtrise. La position officielle du chanoine était appelée prébende. Le nombre de chanoines à Münstermaifeld variait entre 10 et 19. Seuls les membres du chapitre pouvaient devenir porteurs de dignités et de responsabilités particulières, comme le doyen ou le scholaster. Les recommandations pour l'admission en tant que chanoines provenaient de l'archevêque, du pape ou aussi du roi.

haut de la page


Vicaire

Les vicaires avaient la tâche de dire les messes de dotation et les services commémoratifs annuels aux autels qui leur étaient assignés. Leur nombre dépendait du nombre d'autels. Lorsque plusieurs autels ont été fusionnés en 1660, le nombre de vicaires a également diminué. Dans l'administration de leurs biens et revenus, ils étaient soumis au chapitre.

haut de la page


Merian

Matthäus Merian l'Ancien (1593-1650) était un graveur et éditeur suisse-allemand issu d'une famille bâloise. Son œuvre principale est la Topographia Germaniae. Elle est publiée depuis 1642 et poursuivie après sa mort. L'ouvrage complet contient 2142 vues individuelles de villes, châteaux et monastères. Les vues de la ville nous donnent des informations fiables sur le tracé des rues et la position des bâtiments au 16e/17e siècle. Pour Münstermaifeld, Merian pouvait également se référer aux travaux plus anciens de Frans Hogenberg (1535-1590), qui a enregistré l'état des villes avant la destruction de la guerre de Trente Ans dans ses vues de la ville "Civitates Orbis Terrarum".

haut de la page


Sécularisation

En 1802, les conditions ecclésiastiques dans les territoires de la rive gauche du Rhin qui avaient été annexés par la France ont été réorganisées. À l'exception des évêchés et des paroisses, presque toutes les institutions ecclésiastiques sont abolies et leurs biens sont transférés à l'État français. Tous les ecclésiastiques concernés ont reçu une pension annuelle de 500 (pour les moins de 60 ans) ou 600 francs (pour les plus de 60 ans). Afin d'améliorer les finances de l'État français, les propriétés sécularisées ont été vendues aux enchères dans les années suivantes et sont allées principalement à des acheteurs privés. Avec le grand nombre d'instituts ecclésiastiques dans l'ancien archevêché de Trèves, on assiste à une redistribution drastique de la propriété de biens immobiliers, également dans le Maifeld.

haut de la page


Lusthäuschen

Il s'agit de pavillons baroques que certains chanoines se sont construits dans des jardins. Ils constituent une indication particulièrement frappante du mode de vie de certains chanoines au XVIIIe siècle.

haut de la page


Réfectoire

Réfectoire des chanoines, c'était l'une des pièces les plus importantes de la communauté avec l'église et la salle capitulaire.

haut de la page