8. Ancienne école

Construite en 1746

Comme maison de vicariat
« Saint Antoine et Saint Nicolas ».
Elle fut l’école municipale et le
logement de l’instituteur de 1822 à 1897.

 

Construite par un vicaire du vicaire du monastère collégial en 1746, elle fut vendue aux enchères par l'État français en 1802 après la désaffectation du couvent et rachetée par la ville de Münstermaifeld en 1819. Après la fermeture de l'école latine du couvent, la ville se vit obligée d'accroître ses efforts en faveur de l'enseignement. L'ouverture d'un séminaire de formation des maîtres (1878-1926) permit à Münstermaifeld de renouer avec sa vocation traditionnelle, liée à l'école latine, de ville d'écoles. Une tradition perpétuée aujourd'hui avec un lycée fréquenté par plus de 1000 élèves.


bild1 300px 80



Le vicaire Caspar Nebgen de Niederelbert dans le Westerwald avait construit la maison originale en 1743-1746 sur ses propres fonds.

Alte Schule (1822 – 1897)

Ancienne école (1822 – 1897) 

Il était vicaire de l'autel de Saint-Nicolas et de Saint-Antoine dans la collégiale depuis 1725 et le resta jusqu'à sa mort en 1779. En tant que vicaire, il devait tenir les messes et les services commémoratifs annuels donnés à cet autel. En contrepartie, il avait droit aux revenus des dons des bienfaiteurs. L'autel de Saint-Nicolas a été donné en 1295, l'autel de Saint-Antoine en 1321. Toutes deux ont été unies en 1660.

Après la dissolution du monastère, la maison de vicariat a été vendu aux enchères et est devenu une propriété privée. Après la fermeture de l'école latine du monastère, il y avait encore une "école allemande", pour laquelle une école municipale avait été construite en 1714.

 

Stadtschule oder

École municipale ou « École allemande » de 1714 à 1820 

Garçons et filles y ont été enseignés jusqu'en 1820. Entre-temps, la ville avait acheté l'ancien maison de vicariat et l'avait agrandi et meublé pour en faire une école pour garçons et filles. 

Grundrissplan von 1887
Plan d'étage de 1887, la salle de classe est une extension de la maison du vicariat datant de 1746.

 

Avec le nombre croissant d'élèves, les jeunes filles ont dû déménager en 1841 dans l'hôpital abandonné de Heilig-Geist-Spital. Les garçons ont pu fréquenter l'école préparatoire du séminaire des enseignants nouvellement fondé à partir de 1880. Les filles sont retournées dans l'ancien bâtiment de la maison de vicariat. La construction d'une nouvelle école primaire n'a pu être réalisée qu'en 1897, contre la résistance de la ville.  Les filles y étaient initialement enseignées et, après la fermeture de l'école préparatoire du séminaire des enseignants en 1925, les garçons y ont également été enseignés jusqu'en 1970.

L'ancien maison de vicariat est devenu propriété privée et a fait l'objet d'importantes rénovations de 2000 à 2018.

Heilig Geist-Schule (1841-1880)

École "Saint Esprit" (1841 – 1880)

 

Lehrerseminar und Jungenschule (1880-1925)

Séminaire pédagogique et école de garçons (1880 – 1925)

 

Volksschule (1897 – 1970)

École élémentaire (1897 – 1970)

 

Tout comme l'école latine du monastère avait un impact suprarégional, le séminaire des enseignants, avec plus de 1000 diplômés, a porté la réputation de Münstermaifeld en tant que ville scolaire, via les écoles de village, dans toute la région de l'Eifel. Münstermaifeld est resté une ville scolaire même après cela. Depuis la fondation d'un lycée en 1923 plus de 3000 élèves ont quitté la petite ville avec l'Abitur. L'actuel Kurfürst Balduin Gymnasium, qui compte plus de 1000 élèves, préserve la tradition de la ville scolaire de Münstermaifeld dans son parc scolaire. Le bâtiment du séminaire des enseignants datant de 1890 est toujours utilisé, tout comme le "Weckbecker Schlösschen" de 1844/45, qui se trouve sur le terrain de l'école. 

Weckbecker Villa seit 1878 Schulgebäude

Villa Weckbecker, bâtiment d'école depuis 1878

 

Cette villa de style classique était un cadeau de Franz Georg Severus Weckbecker, qui s'était enrichi grâce à des transactions immobilières, à son fils Karl à l'occasion de son mariage en 1844 avec Nanny Frings. Aujourd'hui, la villa abrite l'administration de l'école.

 

Weckbeckergräber auf dem Friedhof der Stadt Münstermaifeld
Les pierres tombales de Weckbecker

 

 

Glossaire

Sécularisation

En 1802, les conditions ecclésiastiques dans les territoires de la rive gauche du Rhin qui avaient été annexés par la France ont été réorganisées. À l'exception des évêchés et des paroisses, presque toutes les institutions ecclésiastiques sont abolies et leurs biens sont transférés à l'État français. Tous les ecclésiastiques concernés ont reçu une pension annuelle de 500 (pour les moins de 60 ans) ou 600 francs (pour les plus de 60 ans). Afin d'améliorer les finances de l'État français, les propriétés sécularisées ont été vendues aux enchères dans les années suivantes et sont allées principalement à des acheteurs privés. Avec le grand nombre d'instituts ecclésiastiques dans l'ancien archevêché de Trèves, on assiste à une redistribution drastique de la propriété de biens immobiliers, également dans le Maifeld.

haut de la page


Vicaire

Les vicaires avaient la tâche de dire les messes de dotation et les services commémoratifs annuels aux autels qui leur étaient assignés. Leur nombre dépendait du nombre d'autels. Lorsque plusieurs autels ont été fusionnés en 1660, le nombre de vicaires a également diminué. Dans l'administration de leurs biens et revenus, ils étaient soumis au chapitre.

haut de la page


Franz-Georg-Severus Weckbecker

Il est né le 2 juillet 1775 à Sevenich. Il a gagné son premier argent en fournissant du fourrage aux parties belligérantes des guerres révolutionnaires. Lors de la vente aux enchères des domaines par l'État français après 1802, il fut l'un des enchérisseurs les plus performants. Il n'a pas seulement  acquisi par enchères domaines ecclésiastiques, mais a également enchéri sur des propriétés bourgeoises et aristocratiques. C'est à lui que la ville a acheté la maison du vicariat en 1820, qui est ensuite devenue la "vieille école". Il a également accru sa fortune eIl a également accru sa fortune grâce à l'achat et à la vente judicieusement programmés de produits agricoles. Il meurt le 16 mars 1862, laissant dans la mémoire de la ville l'image d'un jeune homme qui a réussi et, avec la "Villa Weckbecker", un exemple réussi du style architectural classique. L'autobiographie de son fils aîné Peter Weckbecker présente son père Franz Georg comme un homme énergique et intelligent dont l'éducation scolaire a été fini par trois années d'école d'hiver. Il a trouvé son but dans la vie dans l'augmentation de sa richesse. Ce sont ses deux épouses qui ont veillé à ce que les 15 de ses 22 enfants qui ont survécu à leur enfance reçoivent une bonne éducation. Ainsi, dans les familles des nombreux descendants, on trouve des histoires de vie qui s'éloignent de l'exemple du père. Pour tous, cependant, la richesse de leur père a été la base d'une carrière professionnelle, d'une réussite commerciale ou d'un mariage valorisant. Les pierres tombales de sa famille nous rappellent qu'il avait laissé les standards de ses concitoyens non seulement dans la vie mais aussi au-delà de la mort.

haut de la page